Le marché du paiement est en constante évolution. En effet, il est loin le temps où les banques avaient le quasi-monopole et où nos moyens de paiement courant se comptaient sur les doigts d’une main.
Aujourd’hui nous faisons face à une multitude d’acteurs proposant des solutions de plus en plus innovantes. Le moment est donc venu de faire un point sur la situation.

Les technologies utilisées

Dans le but de simplifier l’acte d’achat en ligne mais également en magasin, de nouvelles technologies ont fait leur apparition ces dernières années.

Paypal , leader du paiement dématérialisé, a lancé la tendance des Digital Wallet. Basés sur une technologie Cloud qui permet de payer en ligne mais aussi en magasin, ces moyens de paiement  sont d’une extrême simplicité pour le client qui, une fois son compté créé, peut payer d’un simple mot de passe voir même par reconnaissance d’empreinte digitale via mobile.

Pour le marchand les commissions sont importantes (Ex: Paypal = 0,25€ + 1,4% à 3,4% du montant de la transaction)  mais les Digital Wallet sont un véritable levier pour générer des ventes additionnelles et augmenter son taux de conversion.

La technologie NFC permet quant à elle un paiement sans contact mais de proximité par carte bancaire ou encore via mobile équipé. Néanmoins cette technologie a un peu de mal à trouver sa place sur le marché, notamment car les consommateurs craignent des risques de fraude plus élevés mais également car elle présente plusieurs inconvénients, tels qu’un montant d’achat limité et une faible distance de signal qui nous oblige tout de même à sortir notre CB/téléphone de notre sac.

Le QR Code est un moyen de paiement simple et idéal dans le cadre de campagnes multicanales. En effet, le QR Code rend l’achat possible en tout lieu et via des supports variés (affiches, magazines, magasins…). Néanmoins il présente quelques inconvénients tels que la nécessité d’avoir une application de type « scan » sur son mobile, l’impossibilité de flasher un code en mouvement mais surtout un temps de latence plus important.

D’autres technologies plus exotiques, telles que les ondes électromagnétiques ou encore les ultrasons, ont vu le jour mais sont pour le moment très peu utilisées et la concurrence étant féroce, il n’est pas rare que certaines innovations ont une durée de vie assez courte.

 

Les attentes du consommateur

Mais au final qu’attend le consommateur des moyens de paiement de demain  ?

Et bien ils doivent tout d’abord être acceptés par une grande majorité de commerçants en France mais également à l’international. La notion de cross-canal est également très importante. En effet le consommateur souhaite payer online et offline sans changer ses habitudes.

Ainsi les acteurs  doivent souvent se positionner sur plusieurs technologies afin de répondre au mieux aux souhaits du client. C’est notamment le cas d’Apple Pay qui permet un paiement offline via du NFC et un paiement online via le cloud.

Bien entendu, le paiement se veut de plus en plus simple et rapide. Fini les attentes en caisse, les perpétuelles recherches du portefeuille caché au fond du sac ! On tend de plus en plus vers une dématérialisation des moyens de paiement.

On parle également de plus en plus de paiement peer-to-peer. Le paiement ne se résume plus aux transactions marchandes mais doit également s’étendre aux paiements entre particuliers. Paypal a d’ailleurs bien compris cette attente et a récemment mis-à-jour son application mobile, permettant ainsi aux consommateurs de payer en ligne, en magasin mais également de transférer de l’argent à un ami, de la famille, une connaissance…

Quoiqu’il en soit l’aspect sécuritaire aura le dernier mot. En effet les consommateurs ne transigent pas sur la sécurité et sont très frileux vis-à-vis de la fraude. Les acteurs du marché du paiement devront donc se montrer rassurant et afficher des taux de fraude exemplaires s’ils veulent être acceptés du grand public.

Service & fidélisation, de nouveaux enjeux

Le service est devenu un véritable axe de différentiation pour les acteurs du paiement et un atout pour les consommateurs.

En effet, le consommateur a le choix entre  de nombreux moyens de paiement et les services additionnels peuvent faire pencher la balance. Ainsi certains acteurs du m-commerce proposent des assurances, des remises chez des commerçants partenaires, la prise en charge des frais de retours ou encore l’intégration d’un programme de fidélité

Les dimensions service & fidélisation sont directement liées aux données clients, ce qui représente un enjeu pour les acteurs du marché du paiement. En effet, ils vont devoir sortir de leur zone de confort et apprivoiser le métier du big data. L’objectif étant de proposer des offres ciblées & adaptées au comportement du consommateur.

Et demain ?

Avec l’émergence des objets connectés et la croissance du mobile, de nouvelles habitudes de paiement vont naître. Certaines à court/moyen termes tel que le paiement via les réseaux ou encore via selfie. D’autres plus futuristes n’arriveront pas avant quelques années : le paiement biométrique.

Pour le moment on constate que bien que le consommateur ne soit pas fermé à l’innovation, il reste assez fidèle aux moyens de paiement classiques. La carte Bancaire reste notamment le moyen de paiement préféré des français et est largement utilisée dans de nombreux pays européens.

De même les paiements en espèce ne vont pas disparaître si vite. Même si les banques sont unanimes sur le fait qu’à termes la monnaie disparaitra, les européens y sont encore très attachés et dans certains pays comme l’Italie, le cash fait partie intégrante de la culture.

Écrit par Emilie Lamblin
Consultante e-commerce métier @Itelios // Twitter : Emilie_Lamblin